Les PME sont-elles suffisamment digitalisées au Luxembourg ?

Poser la question, c’est y répondre. Le dernier indice annuel relatif à l’économie et à l’économie numérique (DESI) publié en novembre 2021 par la Commission européenne est à cet égard révélateur. D’après cet index qui évalue les progrès réalisés par les 27 États de l’Union européenne dans le domaine digital, le Luxembourg se démarque par son niveau de connectivité, mais certainement pas par la digitalisation de ses PME. Explications.

 

À première vue, le tableau dressé par le DESI est plutôt flatteur pour le Grand-Duché. Globalement, le pays occupe la 8e place et sa note est largement supérieure à la moyenne européenne (59 contre 50,7)[1]

Ces bons résultats s’expliquent en premier lieu par un haut niveau de connectivité (4e position). Le pays est presque entièrement couvert par des réseaux fixes à haut débit. Il bénéficie d’une bonne couverture des réseaux à très haute capacité (VHN). Plus de la moitié des ménages (53%) ont opté en 2020 pour des vitesses supérieures ou égales à 100 Mbps.

Le Grand-Duché se porte également très bien en ce qui concerne son capital humain. Il se situe au-dessus de la moyenne pour les trois indicateurs relatifs aux compétences numériques (élémentaires, avancées et logicielles élémentaires). Ainsi, près de deux tiers des résidents luxembourgeois âgés de 16 à 74 ans possèdent au moins des compétences numériques élémentaires.  La proportion de spécialistes et de diplômés en technologies de l’information et de la communication (TIC) se situe largement au-dessus de la moyenne.

 

Une grande frilosité technologique

Par contre, les chiffres sont plus mitigés en ce qui concerne l’intégration des technologies numériques par les entreprises. Le pays figure en effet en milieu de classement. Certes, de bons résultats ont été enregistrés en ce qui concerne la part des entreprises qui analysent le big data ou partagent les informations en ligne. Mais ce n’est pas le cas pour les ventes en ligne, que ce soit au Luxembourg ou à l’étranger, et les factures électroniques. À peine 9% des PME vendent en ligne au Luxembourg alors que la moyenne européenne se situe à 17% et seulement 14% d’entre elles procèdent à une facturation électronique contre 32% de moyenne dans l’UE.

 

Ce dernier chiffre est d’autant plus préoccupant que d’ici le 1er juillet 2022, toutes les entreprises luxembourgeoises, quelle que soit leur taille, auront l’obligation légale de basculer progressivement vers une facturation totalement dématérialisée et d’éditer des factures structurées, c’est-à-dire répondant aux normes de l’administration fiscale.

 

Malgré de nombreuses initiatives mises en place comme le programme d’aide à la numérisation des entreprises luxembourgeoises Fit4Digital de Luxinnovation, de nombreuses entreprises hésitent encore à franchir le pas de la transformation digitale. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette frilosité technologique. Pour les entreprises de taille modeste, les coûts de la digitalisation sont parfois difficiles à estimer et les efforts de transformation peuvent paraître plus démesurés qu’ils ne le sont. S’y ajoute la peur de ne pas réussir à sécuriser ses données une fois numérisées. La crise sanitaire a également plongé bon nombre de PME dans le doute. D’après une enquête publiée en juin 2021 en Belgique et au Luxembourg par Sage, une société multinationale éditrice de logiciels, plus de la moitié des PME sondées se disent inquiètes ou incertaines quant à leur pérennité. Une entreprise sur cinq craint même la faillite.

 

Une source d’opportunités immenses

Pourtant, si les temps sont durs pour une grande partie des PME, il y a toutes les raisons de se montrer optimiste. La reprise de la consommation s’amorce depuis quelques mois et la digitalisation offre aux PME un large panel d’opportunités pour devenir plus efficaces et plus compétitives.

Avec la distanciation sociale mise en place pour enrayer la pandémie, la technologie joue un rôle important dans le maintien et la stimulation des interactions avec le client. Elle permet même, dans de nombreux cas, de développer la clientèle en explorant de nouveaux canaux et en proposant des expériences connectées. Grâce aux solutions digitales, les PME peuvent gagner en temps, en qualité et en flexibilité et deviennent de ce fait plus performantes et plus résilientes. En d’autres termes, les petites structures n’ont pas d’autre choix que se digitaliser pour être moins vulnérables et être ainsi plus à même de surmonter les crises qui ne manqueront pas de se présenter sur leur chemin.

 

Et pourquoi ne pas commencer par une solution de télécommunications pour TPE/PME qui combine l’accès à Internet et le service téléphonique ? 

 

👉 Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

___________________________

[1] Vous pouvez consulter les résultats complets en anglais ou en français à l’adresse suivante : digital-strategy.ec.europa.eu/en/policies/desi-luxembourg.